Vous vous êtes décidés pour votre prochaine randonnée bivouac en montagne ? Il reste important de se poser la question de quel matériel emporter pour une rando bivouac ? La liste de matériel de randonnée bivouac présentée dans cet article est le fruit de plusieurs années d’expérience.


Vous découvrirez mon sac à dos, mes chaussures de trekking, mon sac de couchage, ma tente de randonnée, tous testés et approuvés. Pour cette liste de bivouac de 2 jours, 3 jours ou de plusieurs jours, je mets également le matériel pour cuisiner au bivouac et les vêtements pour passer une bonne nuit.

Le choix du matériel de camping répond aux critères suivants : 

  • La qualité : le produit doit être bien fini, conçu et répondre à mon utilisation (taille, volume, solidité, fiabilité). Je passe des heures à comparer tous les modèles et regarde les avis avant de dépenser des centaines d’euros.
  • La durabilité : le matériel doit durer dans le temps. On oublie les produits ultra-léger qui se dégradent rapidement, ainsi on évite d’alléger trop souvent le portefeuille.
  • La légèreté reste importante, mais passe au second plan. Par exemple, le sac de randonnée pourrait être plus léger, mais au détriment de la durabilité. En revanche, un sac de couchage léger et performant demeure nécessaire.

Les montagnes des Alpes et les Pyrénées regorgent d’itinéraires avec des spots de camping idylliques. Prenez garde à respecter la nature, conserver ses déchets et faire peu de bruit.

Cet article contient des liens affiliés. Pour toute transaction sur les liens présentés, votre prix reste le même mais je touche une commission. Elle contribue à financer les frais du blog et à le maintenir en vie ! Merci !

Résumé de la liste du matériel pour une randonnée bivouac

Vous voulez vous encombrer d’explications pour savoir qu’est-ce qu’il faut toujours emmener en randonnée ?

IntituléModèle
Chaussures de randonnéeScarpa Marmolada Pro HD
Vêtements de journéeColumbia, Decathlon Quechua, chaussettes en laine mérinos Icebreaker
Bâtons de marcheKomperdell Contour Titanial 2
Sac à dos de randoExped Thunder 50 litres
Tente légère 2 placesExped Lyra II
Matelas de campingThermarest NeoAir XLite
Sac de couchageTriple Zero Ansabère 600
Sous vêtements thermiquesCollant Odlo, baselayer Odlo, chaussettes en laine mérinos Icebreaker
Seconde coucheCumulus Acomay, Patagonia Nano Puff
Troisième couchePatagonia Torrentshell 3 L
Sacs étanchesSea To Summit Lightweight
PopoteSnowPeak Trek 700 Titanium
Réchaud à gazOptimus Crux Lite

Les chaussures de randonnée et les vêtements thermiques

Depuis deux ans, je dispose d’une paire de Scarpa Marmolada Pro HD. C’est une vraie chaussure de montagne qui s’exprime à merveilles dans les massifs montagneux difficiles comme Belledonne par exemple. Avec son pare-pierre autour de la chaussure, elle affronte les éboulis et pierriers sans m’inquiéter de la stabilité, de l’accroche et du maintien de la chaussure. 

La rigidité des Scarpa autorise le port de crampons semi-automatiques, utiles pour passer des névés raides. Il convient de ne pas trop les serrer et de laisser de la liberté aux pieds, sinon des ampoules apparaîtront. Bonus, on peut les ressemeler si l’on s’y sent bien dedans. 

En revanche, sur des sentiers faciles comme les sentiers de grande randonnée, elles sont surdimensionnées, notamment sur ceux, roulants, du GR 54 tour de l’Oisans et des Écrins. Choisissez à ce moment-là des chaussures plus souples.

randonnée allevard descente randonnee allevard

En ce qui concerne les vêtements de randonnée pour la journée de marche, je m’équipe de tee-shirts et de shorts en polyester, partagés entre du Columbia (tee-shirt) et du Decathlon (short). Plus le tee-shirt se présente comme léger, plus il respire et moins il retient la transpiration qui devient franchement désagréable au bout de quelques jours de trekking. 

À la tête, je porte souvent un chapeau de paille, qui assure une protection contre le soleil à la tête, au visage et au cou. Ainsi l’utilisation de la crème solaire se limite aux bras et aux jambes.

Le boxer est en matières synthétiques, ce qui permet de le laver et de le sécher à peu de frais régulièrement. La laine mérinos compose les chaussettes Icebreaker, les odeurs restent ainsi limitées et même humides, elles tiennent chaud.

Les bâtons de marche polyvalents

Chacun appréciera ou non l’utilisation des bâtons de marche en trek. Avec un chargement conséquent de plus de douze kilos et selon la difficulté des itinéraires, les bâtons de randonnée apportent un vrai plus pour l’équilibre et le maintien dans certains passages. En revanche, sur des éboulis ou pierriers, leur utilité s’amoindrit. Ils soulagent également les genoux, les articulations … et le coeur ! Je remarque qu’ils m’aident à canaliser le rythme de marche plutôt que de foncer trop vite.

Je pondère mon avis, pour une randonnée bivouac de 2 jours sur des sentiers faciles, les bâtons de marche peuvent être laissés au placard. La plupart du temps, les Komperdell Contour Titanial 2 m’accompagnent. Leur construction en deux brins assure une polyvalence été et hiver.

Le sac à dos de trekking

Le portage représente l’élément principal à ne pas négliger pour votre matériel de bivouac léger. On peut trouver un sac à dos à la fois léger et confortable, mais on rogne alors sur sa durabilité. Dans ma vie de randonneur, j’ai utilisé plusieurs sacs à dos de randonnée (un Lafuma lourd de 70 litres, un Osprey Atmos 50 litres et un Osprey Exos 46 litres). 

Je possède dorénavant un Exped Thunder 50 litres. Ce modèle permet une polyvalence, été et hiver, pour notamment porter mes skis sur le côté. Son poids de 1,57 kg assure vraiment une solidité à toute épreuve, après 5 ans, il me paraît comme neuf, excepté une poche sur le côté. 

Le report de charge se fait merveilleusement bien sur les hanches, quel que soit le poids du chargement. Bonus : il assure une imperméabilité contre une colonne d’eau de 2500 mm lors de pluies légères. La qualité impeccable des accessoires du sac traduisent bien les intentions de la marque suisse, Exped, qui est l’excellence.

Les modèles plus légers pour une même contenance demeurent rares sans apporter une garantie de solidité et de polyvalence. Si je devais alléger le poids du sac, alors j’emporterais le sac à dos Osprey Talon 33 litres avec un chargement minimaliste. Il m’a déjà servi pour une nuit en bivouac au pied des aiguilles d’Arves. En revanche, je n’emporte plus mon matériel photo.

ski de rando nordique laponie P1040875
ski de rando nordique laponie P1040871

La tente 1 ou 2 places de randonnée bivouac

Tente de bivouac, tarp, abri, bivy, sursac de couchage, ou à la belle-étoile, nombreuses sont les possibilités pour une nuit en plein air.

Quand je pars seul, la fidèle tente 1 place Tarptent Scarp 1 qui vient d’un manufacturier des États-Unis m’accompagne. Après 10 ans, la solidité présente toujours une belle assurance, excepté quelques fermetures éclair. Sa toile intérieure en tissu plein est un véritable cocon qui assure réellement un gain thermique positif. J’ai une confiance aveugle en cet abri 4 saisons de 1,36 kg (1,6 kg avec les deux arceaux additionnels qui la rendent autoportante). Il s’utilise également en mode tarp pour un poids de 1 kg. 

Je n’ai pas peur d’affirmer que c’est la meilleure tente au monde. Spacieuse (80 cm de large et 220 cm de long), solide (densité du tissu 30 deniers) avec deux absides, je n’ai aucune critique ! 

tente trekking 2 places bivouac tarptent scarp

N’oubliez pas de disposer un tapis de sol sous la tente pour prolonger sa durée de vie. Vous pouvez prendre une simple couverture de survie, une bâche, un footprint dédié à votre tente ou alors des tapis de sol épais qui bénéficient de plusieurs fonctions.

Avec ma compagne, nous avons investi dans une tente bivouac 2 places Exped Lyra II. Elle pèse 2 kg, mais son poids ne représentait pas un critère primordial. La densité de tissu en 68 deniers de la toile extérieure assure une bonne durabilité. Sachez qu’une simple averse de grêle peut déchirer des doubles toits avec une densité de 15 deniers.

Son espace de vie demeure confortable avec une hauteur de 110 cm, longueur de 215 cm et largeur de 130 cm. Une moustiquaire équipe la toile intérieure ce qui limite son utilisation en 3 saisons. On peut la considérer comme autoportante si l’on utilise que deux sardines. Encore une fois, le soin du détail d’Exped se sent fortement et nous satisfait amplement.

Le matelas de randonnée et le sac de couchage en plume

La protection thermique arrive souvent comme le point faible du matériel léger des randonneurs. Bien choisis, le tapis de sol et le sac de couchage assurent pourtant le confort thermique au chaud durant la nuit.

Dormir à 2000 mètres d’altitude avec un sac à une température de confort +10 degrés risque de vous donner des frissons.

Le matelas autogonflant de Thermarest Prolite qui assure un très bon niveau de confort, sans ressentir les irrégularités du sol, m’a longtemps accompagné. En revanche, sa valeur d’isolation thermique plafonne à une R-value de 2,4 et 2,7 pour la version pour femme, ce qui le limite à une utilisation 3 saisons. 

J’ai changé il y a 3 ans pour un matelas gonflable Thermarest NeoAir XLite, avec une R-value de 4, ce qui autorise une utilisation hivernale. La nouvelle génération NXT monte jusqu’à une R-value de 4,5, mais s’accompagne d’une belle inflation sur le prix de vente.

dolce via camping dolce via

Le sac de couchage reste l’élément déterminant pour une bonne nuit sous les étoiles. Ne vous laissez pas séduire par les discours commerciaux et marketing sur les températures confort. Regardez l’isolant utilisé : en fibres synthétiques on retrouve souvent de l’APEX et en duvet de plume d’oie ou de canard, il s’exprime en CUIN. Mon article pour choisir votre sac de couchage explique tout cela.

Le modèle Ansabère 600 de la marque artisanale Triple Zéro me suit partout depuis plus de dix ans. Il vient avec un garnissage de 600 grammes de duvet d’oie avec un CUIN de 800 et assure un excellent gonflant. Avec son poids de 900 g (en taille S) et un volume compressé de 8 litres, j’ai déjà dormi par grand froid à -5 °C et à -10°C dans un abri non isolé. En cas de température très clémente, je le dispose comme une couverture au-dessus de moi. 

Le sac de couchage compense le prix élevé par une durée de vie très longue. Très réputé dans le monde des alpinistes et de la haute montagne, Triple Zero propose un service pour laver votre sac de couchage et éventuellement de le regonfler au besoin. Cette opération demande de la délicatesse si vous le réalisez vous-même. Un bon entretien facilite le prolongement de son efficacité et cela passe par les vêtements chauds. D’autres marques proposent des sacs de couchage similaires : Valandré et Cumulus. Veillez à bien préserver votre sac de couchage dans un sac étanche lors de votre randonnée.

Les vêtements thermiques contre les intempéries et le froid

Le sac de couchage demeure un produit technique qu’il convient d’utiliser avec soin. Pour préserver son efficacité, dormir avec la peau au contact du sac reste à proscrire. En plus, vous sentirez la moiteur, la crème solaire. De quoi laver votre sac de couchage après un été de randonnée !

Les solutions consistent à dormir :

  • Dans un drap en soie, léger et performant. Évitez le coton, lourd et peu efficace. Il permet également de gagner quelques degrés de confort et d’éloigner les sensations d’humidité.
  • Avec des sous-vêtements thermiques ! J’utilise un collant Odlo, un baselayer Odlo, et des chaussettes en laine mérinos Icebreaker.

Je les enfile dès l’arrivée au bivouac, pour limiter le refroidissement du corps après l’effort, jusqu’au petit matin. Ils retiennent les odeurs pendant plusieurs nuits. Ainsi, je n’embarque pas de rechange de vêtements pour la journée.

Vous êtes frileux ? Je vous donne mes conseils pour savoir comment s’habiller pour partir randonner en hiver, mais cela est valable pour le bivouac.

randonnée belledonne grand-rocher

Je garde toujours le même tee-shirt respirant, le même short et les mêmes chaussettes lors des journées de marche. Je peux les laver au bivouac en enfilant mes vêtements thermiques pour la nuit. Par contre, je dispose de plusieurs paires de boxer. Je garde également un ou deux tours de cou.

Pour assurer le reste de la protection thermique, je dispose en seconde couche d’une doudoune en plume Cumulus Acomay (290 g avec 95 g de duvet CUIN 850) qui assure un grand confort y compris par températures froides. Je possède également une doudoune Patagonia Nano Puff en synthétique dont je me sers plus en hiver en renfort. Une veste de type Gore-tex 3 couches Patagonia Torrentshell 3 L et un pantalon imperméables du même modèle assurent la fonction de troisième couche. 

Des sacs étanches pour compartimenter les affaires

Pour protéger vos affaires des intempéries, plusieurs solutions s’imposent : 

  • Le sac à dos waterproof. Cela existe rarement, mais certains assurent cette fonction.
  • Un sur sac de sac à dos qui protège l’extérieur du sac à dos. Très efficace.
  • Des sacs étanches. Ils servent à la fois à isoler votre équipement de camping sensible de l’humidité, mais également à organiser votre sac à dos. Si vous disposez mal vos affaires dans le sac à dos, votre rando peut devenir inconfortable.

En cas de beau temps, j’utilise uniquement des sacs étanches, car mon sac à dos essuie parfaitement quelques averses de pluie légères. Si je devais retourner en Laponie avec ses pluies régulières, alors je combinerais avec un sur sac en plus pour assurer un maximum de couverture.

Les modèles de sacs étanches Sea To Summit Lightweight restent plus durables que les autres gammes, beaucoup trop légères à mon goût. 

La cuisine et la nourriture au bivouac

Là encore, on touche un sujet souvent négligé par les campeurs. Une popote mal choisie occupe une lourde et encombrante place dans le sac à dos. Investir 50 € dans une gamelle peut sembler inutile, mais considérez-le comme un achat à vie. Je possède une popote SnowPeak Trek 700 Titanium en titane (110 g) depuis plus de 10 ans et elle résiste à l’épreuve du temps.

Le réchaud demeure un best-seller : l’Optimus Crux Lite. Déplié, il s’emboîte sous la bouteille de gaz de 230 g à l’intérieur de la popote. Imaginez la place gagnée ? 

Bout à bout, ce genre de détail permet de prendre un sac plus petit et donc moins léger !

liste matériel randonnée bivouac nourriture-bivouac

La nourriture trouve sa place dans un sac de rangement avec : 

  • Quelques ziplocks.
  • Des élastiques.
  • Des pinces de fermeture.
  • Une moitié d’éponge.
  • Une petite serviette. 
  • Un petit décapsuleur. 
  • Un couteau Opinel n°8
  • Une spork Light my Fire en titane. 
  • Et un premier briquet.

Découvrez mon article au sujet de quelle nourriture pour un bivouac ? Préparer la nourriture vous ennuie ? Ne vous prenez pas la tête, embarquez des sachets de lyophilisés Lyophilisé & Co.

Le traitement de l’eau demeure un sujet épineux pour tout randonneur. Si je dispose de pastilles Micropur Katadyn, je me débrouille toujours pour prendre de l’eau au-delà des alpages. J’emporte toujours un sac à vrac en coton que j’utilise pour filtrer les impuretés de l’eau avant de la traiter chimiquement. Pour vous assurer de la bonne qualité de l’eau, vous trouverez un ensemble de filtres et de pailles à eau.

Je n’hésite jamais à embarquer deux litres d’eau sur moi. Quand la qualité de l’eau laisse à douter malgré sa proprêté, je la fais bouillir avec le réchaud à gaz, avec parcimonie, car tous les minéraux de l’eau sont détruits. Je dispose d’une poche à eau de 2 litres avec pipette et d’une petite poche pliable de 1 litre. 2 à 3 litres d’eau améliorent mon confort au bivouac. Mais on peut facilement restreindre à moins de 2 litres si je ne bois pas de café le matin, ni ne mange de muesli.

La trousse de toilette et le petit matériel

Une trousse de toilette classique Sea To Summit m’accompagne depuis de nombreuses années. Elle contient uniquement le strict nécessaire, à savoir : 

  • Brosse à dents.
  • Savon de Marseille dans un ziploc.
  • Médicaments de base : doliprane, sérum, antihistaminique.
  • Pince pour les tiques.
  • Pince à épiler.

Un petit sac contient un nécessaire d’urgence en cas de blessure : désinfectant, gel d’aloe vera, bandes, baume de tigre, pansements, ampoules, petite paire de ciseaux, etc.

Un sac filet abrite : 

  • Un tube de glue. 
  • Un briquet.
  • Des élastiques.
  • Un petit nécessaire de couture. 
  • Des pinces à linge.
  • Une cordelette.
  • Des rustines pour les matelas. 

Dans la poche rabat, un ziplock contient du papier toilette. Un dernier ziplock conserve la frontale et sa batterie de secours.

S'abonner à la newsletter
1 fois par mois, je vous tiens au courant des actualités du blog. Je n'ai rien à vendre si ce n'est du partage 🙂