Été 2019. Avec ma compagne, on s’engage dans une petite randonnée de 2 jours dans le Beaufortain avec l’idée de passer une nuit dans un petit refuge paisible depuis le Cormet de Roselend, un col routier bien connu des cyclistes. La célèbre Pierra Menta est le point central de cette randonnée.


Note: Les photos présentées dans cet article sont en lien avec les lieux fréquentés mais ne sont pas issus de cette randonnée en elle-même: en effet, j’ai perdu toutes les photos ! Bien évidemment, ce tour peut difficilement être envisagé en conditions neigeuses, à part si vous êtes expérimentés et confiants en votre pratique.

Détails pratiques

  • Distance: 28 km
  • Dénivelé: 1900m
  • Durée: 2 jours de marche avec une nuit au refuge de la Coire
  • Difficulté: sentiers bien balisés sans de difficulté particulière. Cela reste fréquenté.
  • Cartographie:
  • Départ/Arrivée et accès: Parking du Cormet de Roselend. Au plan de la Lai, faire du stop pour retrouver la voiture ou alors remonter à pied le long de la route pour compléter la boucle

L’itinéraire Openrunner est largement faisable en deux journées de marche, aucune difficulté technique ne vient vous ralentir. L’avantage de cette randonnée est l’altitude de son point de départ, de 2000m au Cormet de Roselend. Plusieurs refuges s’offrent à vous pour passer la nuit, mais nous avons préféré le refuge de la Coire, pour l’ambiance simple qu’il propose. Bien évidemment si vous êtes en bivouac, vous pouvez vous abstenir de passer le col du Coin et de vous arrêter au lac Amour. A ce moment là, passez par le ludique passeur de Mintaz.

Depuis le Cormet de Roselend, une randonnée parfaite pour un WE

Allégés de nos affaires de bivouac, nous partons avec quelques vêtements, un sac de couchage et de quoi cuisiner. Choisir de dormir en refuge  laisse la possibilité à Margaux puisse se tester sur des randonnées avec portage, au moins sur deux jours, avant d’envisager des bivouacs plus tard (quelques exemples: le tour de Chamechaude et la Vanoise sud.

La première partie de la randonnée se déroule dans la magnifique combe de la Neuva, résolument alpine. Sur le chemin du col du Grand Fond, terminus de la combe, le passeur de Pralognan, un sentier technique part sur la gauche et permet de rejoindre les magnifiques lacs de la Forclaz. Il est ensuite possible de revenir à la combe par le col de la Nova en hors piste. Trêve de plaisanterie, je m’égare, restons sur les sentiers balisés sans difficulté. Margaux en profite pour parfaire son orientation et sa capacité à suivre un balisage et le marquage au sol.

Trouver le bon sillon est surtout une histoire de feeling au delà du balisage.

Le col du Grand Fond en met plein la vue, sur le lac de Presset et son refuge en premier lieu, mais surtout pour le monolithe de la Pierra Menta à 2714m. Dérivée de “pierre montée” et donnant son nom à une course de ski alpinisme en Hiver, elle fait l’objet de spéculations sur sa présence: un coup de pied depuis les Aravis l’aurait propulsé ici. Je suppute que le génépi n’y soit pas pour rien dans cette légende.

Depuis le lac de Presset, on dirait un pouce tendu tandis qu’elle apparaît verticale avec ses 120 mètres de paroi dans le versant lac de Roselend par exemple.

pierra_menta
roignais_beaufortain
lac_presset
col_du_coin
Le refuge de Presset est à première vue, séduisant pour y passer la nuit, mais c’est un poil trop tôt sur notre itinéraire, d’autant qu’il est toujours fréquenté. Sa rénovation récente et son emplacement n’y sont certainement pas pour rien. Pour basculer du côté intérieur du Beaufortain et ses immenses alpages, terre d’origine du fromage Beaufort, il nous faut franchir le col du Bresson à proximité du refuge. Il existe une autre voie possible, plus courte mais plus technique pour rejoindre le col du Coin, il s’agit du passeur de Mintaz. Il vous amène au pied, littéralement, de la Pierra Menta pour ensuite récupérer le sentier normal après le lac Amour. On se contente d’un sentier classique, toujours pour ne pas se prendre la tête, même si la descente du col du Bresson travaille les genoux et cuisses. Depuis les hauteurs du hameau de Presset, sur les pistes forestières ennuyeuses, le col du Coin se dresse au fond pour un dernier baroud avant d’arriver au refuge de la Coire.

Si la situation du refuge, à proximité d’une piste forestière desservant les alpages, pourrait offrir un environnement plus dépaysant, de part son statut communal, il apporte néanmoins un accueil simple et montagnard à l’opposé des refuges “hôtels” modernes. Il est possible d’y prendre son repas tout comme de cuisiner sur place, sans que les gardiens n’y voient le même problème. Ce n’est pas le cas ailleurs malheureusement.

La seconde journée comporte moins de dénivelé que la veille, mais le cumul reste de toute façon honorable pour les Alpes: environ d+ 1750. C’est parfait pour une randonnée test. Le Lac Amour est notre premier arrêt, qui sous son nom romantique, est une course réputée à la journée pour sa vue iconique sur la Pierra Menta et ses reflets dans l’eau.

lac_amour

Treicol, vieil hameau typique des alpages, symbolise parfaitement la place qu’occupe le pastoralisme dans le massif du Beaufortain. Les chalets respirent l’histoire, presque chaque d’entre eux a quelque chose à raconter.. Chaque massif dispose de ses vieux hameaux typiquement savoyards, mais Treicol est un des plus populaires, notamment pour son départ de randonnées.

Nous continuons notre cheminement avec en ligne de mire le Plan de la Lai, avec de temps en temps en contrebas, le lac de Roselend. Il s’agit d’un lac de barrage, son environnement le rend magnifique mais il ne faut pas oublier le caractère “superficiel” du lac. Nous marchons toujours en altitude, entièrement à découvert, le soleil rayonne fort. Le sentier présente moins d’intérêt mais constitue le seul vrai passage nous rapprochant de la voiture. Les bergeries se succèdent et à proximité de la Grande Berge, un panorama à 360° est offert.

treicol

La Petite Berge, marque la descente finale vers le plain de la Lai en logeant plusieurs habitations d’alpages. Une pause méritée au gîte de Plan Mya pour une part de tarte aux myrtilles est un régal en guise de conclusion à cette randonnée depuis le Cormet de Roselend. Au Plan de la Lai, il ne reste qu’à attendre qu’une voiture de touristes m’embarque pour aller récupérer la voiture au Cormet de Roselend, les 3km de marche, le long de la route, nécessaires nous semblent rédhibitoires.

barrage_roselend