En revenant du tour du Vieux Chaillol, je souhaitais continuer d’explorer les Ecrins, m’est venu alors l’idée de faire la tournée des lacs autour du signal du Lauvitel pour une randonnée de 3 jours dans les Ecrins. Le lac Lauvitel, le lac de Plan Vianney, le lac Labarre et le lac de la Muzelle sont au programme de cette randonnée.


Détails pratiques:

  • Distance: 30km
  • Dénivelé: 3200m
  • Durée: 1 journée complète et deux demi-journées avec une nuit en bivouac et une nuit en cabane
  • Difficulté: quelques passages délicats indiqués sur la carte, mais en réalité, il faut juste savoir poser les mains
  • Départ/Arrivée: Valsenestre
  • Cartographie: IGN 3336ET “Les Deux Alpes”

La randonnée de 3 jours dans les Ecrins autour du Lauvitel

lac_muzelle
randonneurs_col_vallon
randonneurs

J’ai choisi de faire cette randonnée tranquillement sur trois jours, ou plus précisément en deux demi-journées et une journée complète. Cela peut se faire en deux jours mais si l’on regarde bien le profil, le programme est alors très sportif: 31km pour D+3200. Vous comprenez aisément mon choix.

Alors que la plupart des personnes faisant ce tour partent de Bourg d’Arud ou de la Danchère, j’ai choisi de partir de Valsenestre, tout simplement parce que le dénivelé et la distance à parcourir étaient amoindris pour faire une vraie boucle. Le parcours emprunte exclusivement le GR54 et sa variante GR54B du Tour des Ecrins.

Après une randonnée un peu agitée autour du Grand Arc, j’avais envie d’un parcours plus classique. Néanmoins, j’identifie quelques passages délicats, notamment dans la partie basse de la descente du col du Vallon avec un balcon étroit dominant le lac du Lauvitel. L’autre passage délicat concerne la Brèche du Perrier pour lequel les mains sont nécessaires afin de parachever la montée. Tout deux ne représentent peu de difficultés étant donné la fréquentation de ces sentiers. Deux autres passages sont notifiés mais je n’ai même pas remarqué la moindre difficulté: la partie finale du col de la Muzelle et enfin avant le col de la Romeïou.

Partant de Valsenestre, je me dirige dans un premier temps vers le col de la Muzelle, le topo est relativement simple: c’est D+1300. Le col se grimpe facilement, y compris dans la partie finale, un long raidillon serpentant avec de temps à autre le vide se rapprochant. Alors qu’un gigantesque coup de barre m’envahit, au col je fais la connaissance de Pascal, un sympathique local qui m’offre un café en dosette. La discussion continuant et ma fatigue réellement présente, j’écarte l’idée de grimper au belvédère au pied du Rocher de la Muzelle, réputé pour ses beaux levers de soleil sur les Grandes Rousses, pour me diriger directement vers le lac de la Muzelle. Le plateau d’Emparis, déjà visité à deux fois se rappelle à mon bon souvenir.

randonneurs_col_muzelle
col_muzelle

tete_muraillette

rocher_muzelle

retour_venosc
L’exposition est-ouest du lac de la Muzelle entraîne un coucher de soleil relativement tôt, les randonneurs ayant planté leurs tentes de manière éparse – les abords du lac laissent beaucoup de place – ne restent debout guère longtemps. La situation du bivouac au bord du lac semble idyllique, les derniers rayons du soleil éclairent le rocher de la Muzelle au travers des nuages pour un beau rendu photographique.

glacier_muzelle

coucher_soleil_rocher_muzelle

Au petit matin, le givre s’est déposé ici et là sur quelques touffes d’herbe et il faut être bien courageux pour partir à 8h pétantes. Comme d’habitude, je prends mon temps, je ne suis point pressé, c’est tout de même couvert que je pars dans l’ombre avant de retrouver le soleil et la chaleur quelques dizaines de minutes plus tard.

Le col du Vallon est le premier jalon de cette journée avant le lac du Lauvitel, toujours fréquenté en ce début septembre. C’est un lieu idéal de pause casse-croûte et de baignade.

lac_lauvitel_vue_aerienne

A partir de là, je quitte le GR54 pour entamer la partie retour de la randonnée sur le GR54B. Le cheminement est bien différent du GR54 “classique” puisque j’affronte la broussaille sur de nombreux blocs de rocher tout en balcon. La moiteur s’empare des lieux, cette montée est nettement plus physique et je ne suis pas mécontent d’arriver au lac de Plan Vianney pour retrouver plus d’air frais. Le lac offre quelques emplacements de bivouac mais il faut alors fermer les yeux sur les lignes électriques passant au dessus.

randonneurs_lac_lauvitel
lac_plan_vianney

grandes_rousses

Cela sera sans moi, direction alors la Brèche du Perrier, franchie sans difficulté.

Un garde forestier me confirmera plus tard le ressenti que j’éprouve dans la descente: le GR54B est nettement moins fréquenté.

L’environnement est plus ouvert, notamment sur le Valbonnais et je distingue Entraigues. En cette fin d’après-midi, je passe de longues minutes à guetter le moindre cours d’eau pour faire le plein en vue du bivouac. A l’approche d’un alpage semblant offrir quelques emplacements, j’apprends la connaissance de la cabane de la Selle. Mon coup d’œil sera sans retour, je décide de passer la nuit dans ce refuge offrant tout le confort nécessaire.

cabane_selle
intérieur_cabane_selle
 Au petit matin, il ne me reste qu’à franchir le col de la Romeïou, en espérant que les nuages s’accrochant aux cimes n’amènent pas la pluie. La descente m’amène à une énième rencontre de patous gardant les brebis. Le berger dans les parages vient à ma rencontre et selon lui, les chiens ne demandent que des caresses ! La descente finale vers Valsenestre n’est qu’anecdotique, tout au plus, je manque de photographier avec le téléobjectif des vautours s’étant établi à quelques dizaines de mètres devant moi.

En résumé, pour une randonnée de 2 ou 3 jours dans les Ecrins, le tour du Lauvitel avec bien entendu le lac éponyme est une option à réellement considérer: emplacements de bivouac, de l’eau disponible et des claques visuelles.

 

 

Pour terminer en beauté cet article, quelques photos de flore locale:

tete_rame
joubarbe

joubarbe

séneçon_des_bois

séneçon des bois

silène_armeria

silène armeria