Autant l’avouer tout de suite, le Valgaudemar est ma vallée préférée pour faire de la randonnée dans les Écrins. Je ne peux retranscrire les sentiments qui m’ont parcouru lors de ma découverte en 2016. Depuis j’y suis revenu quatre fois ! Tour d’horizon des randonnées à faire.


Pourquoi je porte un regard si amoureux du Valgaudemar ? Voici quelques unes des raisons:

  • Elle est une très belle introduction au parc national des Écrins avec de nombreuses randonnées accessibles sans faire beaucoup de kilomètres en voiture
  • Le tourisme nature est bien développé, peut-être même en sur-capacité sur la route du Gioberney mais l’offre d’hébergement est contenue et majoritairement en camping “nature” pour rester dans la thématique
  • Les différents sites sont majestueux: cirques glaciaires, cascades, lacs faciles d’accès, haute montagne bref il y en a pour tous les goûts
  • La sensation de bout du monde tout le long de la vallée malgré la présence de quelques villages. D’ailleurs sur la route du cirque du Gioberney, on ne voit aucune trace de civilisation, autre que la route en dehors des autres voitures.
  • La sensation d’humilité face à la nature. Les Écrins est un massif montagneux qui évolue et s’érode en raison de l’inclinaison des pentes et avec la fonte des glaciers. Ceux-ci craquent en plein été par exemple. Il faut également s’accrocher pour vivre ici en Hiver avec ces hauts sommets cachant le soleil !

L’origine de ce nom curieux de Valgaudemar aux sonorités norroises, à ne pas confondre bien évidemment avec le Landmannalaugar en Islande, pouvant s’écrire en plusieurs orthographes proviendrait de val pour vallée et Godemar pour le nom d’un roi d’origine burgonde qui aurait séjourné dans la vallée. Mais Valgo est communément utilisé par les locaux pour faire plus simple !

Les randonnées que je propose sont de plusieurs niveau et je ne manquerai pas de le signaler. Elles sont majoritairement réalisables en une journée de marche même s’il est possible d’en coupler plusieurs ou alors de volontairement segmenter la randonnée en deux jours avec nuit dans l’un des nombreux refuges. Bien entendu, je recommande fortement d’être équipé en bonnes chaussures de marche, sac à dos de quoi porter eau et nourriture et quelques vêtements. Il faut savoir que les ascensions sont toutes assez soutenues, les pentes inclinées et c’est aussi ce qui caractérise le Valgaudemar.

Allez c’est parti pour une revue de détails, vous allez voir, vous aurez furieusement une envie de randonnée dans le Valgaudemar après !

Cirque du Gioberney

Durée: 5h – Dénivelé : 900m – Niveau: bon marcheur – TOPO

Grand classique du Valgaudemar il s’agit peut-être même de la randonnée à ne pas manquer. Le sentier tout en balcon vous fait admirer les hauts sommets du coin, des Rouies au Sirac par les Bans. Il existe une variante plus alpine et exposée qui démarre à la cabane du Vaccivier, un sentier part droit dans la pente. Il permet de prendre plus de hauteur et éventuellement de rencontrer quelques animaux sauvages

Quoiqu’il en soit, vous vous retrouvez au refuge du Pigeonnier pour une vue superbe sur le glacier de la Grande Roche. La mare au pied du refuge donnera quelques reflets en l’absence de vent. Le retour donne l’occasion de rejoindre le lac Bleu et le lac du Lauzon pour en profiter encore un peu plus !

Le lac Bleu et du Lauzon

Durée : 3h30 – Dénivelé : 500m – Niveau : marcheur débutant – TOPO

Encore un grand classique de la vallée, cette randonnée familiale est à la portée de tous. Du moins si vous êtes correctement équipés en chaussures, vivres et boisson. Lors de mon dernier passage, nombre familles parcouraient le sentier. Elle revêt un caractère initiatique pour les enfants, les deux lacs étant iconiques avec vue sur les cascades, glaciers et quelques sommets renommés. Le lac Bleu reste plus confidentiel que le lac du Lauzon, très fréquent, quoiqu’il en soit, les deux invitent à la contemplation.

Si après ça, vous n’aimez pas la montagne, je peux rien faire de plus !

Refuge de Vallonpierre et Chabournéou

Durée : 7h – Dénivelé : 850m – Niveau : bon marcheur – TOPO

Longue de 16 km cette randonnée sillonne entièrement le vallon au pied du Sirac, magnifique sommet des Écrins, réputé pour ses nombreux glaciers, hélas, en situation précaire. C’est également un axe qu’emprunte le Tour des Ecrins – GR54.

Au départ du parking précédent le chalet du Giobernay, partez de bonne heure pour profiter de l’ombre du vallon jusque vers le refuge de Vallonpierre, au somptueux cadre. Un lac, de la verdure et du minéral tout autour. Ensuite longez le Sirac dans une ambiance de haute montagne jusqu’à refuge de Chabournéou. Le retour est anecdotique, long et éprouvant sous le soleil tapant fort. Couplée à la randonnée du cirque du Gioberney, cela peut faire une très belle boucle de deux jours avec nuit en refuge.

lac_vallonpierre

Le Chapeau

Durée : 7h – Dénivelé : 1200m – Niveau : très bon marcheur – TOPO

Si vous êtes très bon marcheur et que vous fuyez la foule, la boucle depuis Navette vers le Chapeau est la randonnée qu’il vous faut !
Grimpez par le versant le plus direct d’abord en forêt puis le long de l’arête jusqu’à arriver au sommet à 2371m. La vue à 360° est XXL, tous les hauts sommets du Valgaudemar sont visibles et même le Vieux Chaillol que j’ai eu l’occasion de grimper. Cependant selon les années, il peut rester des névés sur le versant Nord de l’arête. Sans être vertigineuse, cela peut être problématique.

La descente est longue et technique, la vigilance est de mise pour poser correctement le pied, dans les lacets à flanc de falaise. Le détour vers la cascade de la Buffe vaut sincèrement le coup, même si nous n’y sommes pas allés en raison du faible débit.

Col et lacs de Pétarel A/R par les Andrieux

Durée : 7h – Dénivelé : 1400m – Niveau : très bon marcheur (bon marcheur pour les lacs de Pétarel) – TOPO

Quelques passages exposés de la variante depuis les Portes me font préférer le départ des Andrieux. En contrepartie le dénivelé est conséquent, la journée est longue mais vaut assurément le coup. Déjà pour la partie forestière, vous profiterez de l’ombre matinal. Une fois les alpages atteints, retournez-vous pour examiner la superbe face sud de l’Olan qui vous accompagne jusqu’aux lacs de Pétarel. En plein été, les tentes sont de sortie pour un bivouac télégénique et les baigneurs nombreux.

Si le cœur vous en dit, continuez une heure de plus et 350m de dénivelé pour atteindre le col de Pétarel vous offrant là encore une très belle vue sur les sommets, jusqu’au Champsaur. Quoiqu’il en soit, cette randonnée est considérée comme une des plus belles de la vallée.

Col et lacs de Pétarel en boucle par Prentiq

Durée : 9h – Dénivelé : 1500m – Niveau : marcheur montagnard – TOPO

Cette variante du col et lacs de Pétarel vous propose une randonnée très longue mais ô combien symbolique du Valgaudemar. Aux Andrieux, ne prenez pas le tracé direct et présenté ci dessus, revenez plutôt jusqu’au hameau de l’Ubac pour mieux examiner la vallée à pied.

S’ouvre ensuite la vallée sauvage de Prentiq. C’est simple, lors de mon passage, je n’ai vu personne. Bien suivre le sentier, le balisage est minimaliste. Il n’est pas rare alors d’observer la faune sauvage. La montée est longue et progressive vers le col de Pétarel, ce versant donne un autre point de vue que celui classique, par les lacs de Pétarel qui sonnent votre retour.
Longue, mais pour moi une randonnée majeure à faire en fin de vacances pour bien s’imprégner du Valgaudemar

Le col de la Vaurze

Durée : 7h – Dénivelé: 1500m – Niveau: très bon marcheur (nuit au refuge des Souffles = bon marcheur) – TOPO

Du haut de ses 2500m, le col de la Vaurze relie la vallée du Valgaudemar à celle de Valjouffrey, encore plus sauvage. Cette vallée est également le point de départ d’une randonnée de 3 jours dans les Écrins à faire en refuge ou bivouac.

Depuis Villar Loubière la montée est sèche et le dénivelé conséquent. Heureusement après le refuge des Souffles, qui pourrait très bien faire l’office d’une nuit rendant donc moins difficile la randonnée, une accalmie se présente dans les alpages. Le versant est exposé sud, ne négligez pas la quantité d’eau à emmener avec vous. Depuis le col, vous aurez le loisir d’examiner les sommets des deux vallées et même d’apercevoir la pyramide du pic Turbat.

Le pas de l’Olan

Durée : 2 jours – Dénivelé : 1600 m – Niveau : Marcheur montagnard – TOPO

Cette randonnée mythique vous amène au plus près de l’Olan sommet, bien entendu mythique du Valgaudemar et des Écrins à 3564m.
Même si cette randonnée a été dans mes plans (par le lac Lauthier) pour cette année, je n’ai pu l’effectuer, en effet je me suis retrouvé coincé dans la vallée voisine. Attendez-vous à une ascension soutenue, sans répit et avec le soleil pour compagnie. Vu la végétation rase, cela peut avoir son effet en été.

Je suggère également de couper l’ascension en deux: montez d’abord au refuge le premier jour puis enfin grimpez le pas de l’Olan avec prudence. Une fois que vous profité de la vue, vous avez 1600m de dénivelé à descendre avant de profiter d’une bière au pied du sommet !

En bonus: Les Oules du Diable, Navette et la Cascade de Buchardet

Je rajoute cette randonnée familiale accessible à tous dans le Valgaudemar. Depuis la Chapelle-en-Valgaudemar, elle me semble ludique puisqu’elle longe le torrent de Navette venant du vallon éponyme. Le sentier passe à proximité des oules du Diable, attraction de la vallée, sans que je ne comprenne trop pourquoi. Au pont des Oules, il est tentant de se rafraîchir dans l’eau, attention cependant le courant est dangereux, il y a déjà eu plusieurs morts (voir commentaire ci dessous). Continuez le chemin jusqu’au village abandonné de Navette, des ruines sont encore perceptibles ainsi que la chapelle restaurée. Enfin la cascade de Buchardet sonne la fin du spectacle avant le retour par le même chemin.