De part la proximité de notre lieu de résidence avec l’Italie, voyager en train nous semblait être une solution évidente lors de notre découverte de la Toscane et des Cinque Terre en avril dernier. Je livre ici mes impressions sous forme d’énième plaidoyer pour le voyage en train.


Depuis un voyage inaugural et mémorable dans le Transsibérien, je ne vois plus le train comme un moyen de transport de A à B, mais comme faisant partie du voyage en lui-même. J’ai par le passé voyagé depuis/vers la Laponie plusieurs fois dans les trois pays du Nord: Norvège, Suède, Finlande, également en Écosse et depuis le Portugal, sans avoir pour autant avoir écrit à ce sujet. Voyager en train est une formidable expérience d’observation et l’Italie ne déroge pas à la règle.

Trains_de_nuit

En guise d’introduction au voyage en train, je ne peux que recommander la lecture du livre de Lucie Tournebize: “L’Italie en train”. On retrouve des trajets en Vénétie, en Toscane, en Sicile, en Sardaigne pour ne citer que quelques régions phare de l’Italie

Pour aller plus loin, le livre “Trains de nuit, 30 trajets inoubliables” pour lequel j’ai eu l’honneur de participer mentionne également des trajets en train de nuit en Italie, tels le mythique Rome – Syracuse qui viendront à coup sur pimenter votre couple. On ne présente plus l’Italie comme une destination romantique, le trajet entre Florence et les Cinque Terre en est une belle illustration.

Italie_en_train

Voilà pour la partie introductive.

Comment se déplacer en train en Italie ?

Si vous venez de la France, plusieurs moyens s’offrent à vous pour rejoindre l’Italie:

  • le TGV Paris – Milan avec arrêt à Lyon, Chambéry et Modane ayant pour terminus Milan en passant par Turin est le moyen principal pour rejoindre la botte. En 2017, Trenitalia avait mis en place une liaison régionale entre Modane et Turin le week-end mais a de nouveau été abandonné
  • de Nice vers Ventimiglia avec systématiquement un changement pour rebondir sur le reste du réseau italien et principalement sur la côte ligure jusqu’à Gênes. Les Cinque Terre ne sont alors plus très loin
  • de Nice à Cuneo via Breil sur Roya, qui raccroche la ligne de Ventimiglia à Cuneo. Cette ligne historique revêt des enjeux politiques de part et d’autre de la frontière ce qui rend son futur très incertain. En revanche, le voyage vaut sacrément le détour au travers les montagnes du Mercantour et le franchissement du tunnel de Tende

Pour la partie italienne, je vous invite à consulter le site OpenRailwayMap afin de vous faire une idée du maillage ferroviaire italien pour comprendre pourquoi le train est une solution facilement envisageable pour voyager en Italie. Rejoindre Naples depuis Milan ne se fait qu’en quelques heures. Avec le livre de Lucie, OpenRailwayMap a servi de socle pour construire notre voyage en train en Italie en Toscane et dans les Cinque Terre.

passager_gare
train_intercity

Pour rejoindre les grandes villes, plusieurs types de train sont proposés. Pour mieux apprécier le paysage, s’imprégner de l’ambiance à bord, je vous recommanderais plutôt de voyager en Intercity plutôt que les trains rapides, les “Frecce”. Ils ont pour vocation de relier les grandes villes sur le réseau ferroviaire classique avec une vitesse modérée. Les Intercity Notte vous permettent de passer la nuit à bord procurant ainsi une expérience sociale avec des colocataires random !

Les réservations peuvent se faire, même depuis la France sur le site Trenitalia et concernant les détails pratiques, je vous renvoie vers l’article de Lucie sur son blog Occhio di Lucie. Il regorge d’informations pratiques du point de vue d’une résidente en Italie.

gare_florence

Est-il facile de voyager en train en Italie ?

Depuis Milan, nous avons pris un Intercity pour Florence (2h30 de trajet) et qui avait pour terminus Naples pour près de 10h de trajet ! J’avais largement le temps d’observer les paysages ainsi que les passagers discrets descendant en week-end pascal dans leurs familles.

train_pistoia
train_florence

J’ai construit notre voyage en suivant la ligne de train Florence – La Spezia sur laquelle regorgent de petites villes comme Pistoia, Lucques et Pise. Les gares sont proches du centre-ville et procurent un énorme avantage: celui de pouvoir se loger en plein cœur des villes. Ce qui est bien plus difficile si vous êtes motorisés. Les liaisons entre ces villes sont nombreuses, bien cadencées et agréables cependant il est possible que cela soit spécifique à la Toscane. Bonus, le tarif, fixe pour les liaisons régionales, nous a paru raisonnable, par exemple 4,8€ pour 35 min de trajet entre Florence et Pistoia. Pour comparaison, un trajet de durée équivalent entre Chambéry et Grenoble Gières dans notre région alpine vaut largement le double.

D’ailleurs je pose ici franchement la question: qu’est ce qui me pousse à voyager en train ?

  • répondre à mes préoccupations écologiques, le train est un moyen de transport efficace et faiblement émetteur de GES (rappel: en France, au maximum de 26g eq CO2/km contre 150g eq CO2/km en voiture)
  • réservé bien à l’avance, le train est économique (surtout vu le prix de l’essence maintenant). Ainsi nous avons payé 20€ pour relier Milan à Florence pour 2h30 de trajet et seulement 10€ pour relier Sestri Levante (au sud de Gênes) à Milan pour 3h de trajet. Alors bien sur, cela demande de l’anticipation mais cela vaut franchement le coup, par rapport peut-être à des milliers de km parcourus en voiture, sans compter les péages et les parkings
  • conduire ne permet pas de bien voir les paysages, ni de se reposer, ni de lire, en résumé, cela demande d’être concentré, occupé
  • les lignes de train se faufilent parfois au travers de paysages préservés, authentiques, insolites, là ou les routes ne vont pas justement
  • le train emmène d’une gare à une autre, très souvent en centre ville. Quelques minutes de marche suffisent pour atteindre son hébergement. Hautement plus compliqué en voiture en centre ville
  • le train permet aussi de prendre le pouls de la vie locale, aussi bien dans le train, que sur le quai de la gare ou au café sur le parvis de la gare
paysage_toscane

Mon expérience du train en Italie

gare_milan
Je m’explique: lorsque nous étions dans le train pour Florence, j’ai rapidement compris que le week-end pascal n’était pas étranger à l’affluence. Nous avons été surpris de cette affluence générale, j’imagine que c’est lié à l’attractivité touristique également, mais voir un quai rempli pour un train à 10h du matin dans une gare de province déconcerte quelque peu.

Je me souviendrais longtemps de ce trajet entre Florence et Pistoia, réalisé à 11h du matin. Il régnait une atmosphère euphorique et de fête, les gens bavardaient avec les voisins même s’ils ne se connaissaient pas. Ce cas de figure s’est reproduit plusieurs fois: d’une ambiance calme, il suffisait qu’une discussion s’amorce pour que d’autres suivent. A la fin, il devenait difficile d’entendre correctement ma compagne, d’autant plus avec le port du masque. A ce sujet, nous avons senti les italiens assez disciplinés.

train_en_gare
entrée_train

Si depuis la France nous sommes arrivés à Milan à la gare de Garibaldi, une quinzaine de minutes à pied suffisent pour rejoindre la gare centrale. Le bâtiment est imposant mais son côté brut de décoffrage cache bien le hall en verrière qui me fait penser à la gare de Paris Est.

Les petites gares de province sont bien équipées avec le panel de distributeurs de billet et de salles d’attente. Les indications sont claires pour trouver le quai de son train et les annonces sonores sont diffusés plusieurs fois, parfois même en anglais bien que j’imagine que cela soit moins le cas dans une petite gare de la Calabre. Nous n’avons pas eu à nous plaindre de la propreté des trains, ni du niveau de confort, ni du niveau de politesse. Éventuellement on pourrait reprocher la présence non systématique de prises électriques pour les geeks, mais ceci est un détail. Les trains à deux étages permettent de mieux voir les paysages.

Je reste impressionné par le défi technique réalisé pour les gares des Cinque Terre avec parfois même des quais semi enterrés. D’une manière générale, la ligne entre la Spezia et Levanto est encore plus remarquable car de nombreux tunnels ont été construits parfois même au plus près de la mer pour les quelques instants ou la lumière du jour apparaît. Ainsi de nombreux trains passent sous les pieds même de milliers de touristes dans les Cinque Terre. Tandis que l’approche des Cinque Terre depuis la Toscane côtoie de près des Apennins et frôle la mer de Ligurie.

Après ce premier voyage d’introduction, je n’hésiterais pas une seconde à réitérer l’expérience, pourquoi pas dans les lacs de Lombardie, la Sicile ou encore la région des Dolomites !

pyasage_train_toscane