Avignon, ville de taille moyenne et chargée d’une longue histoire se prête bien pour une visite en WE. En effet, elle est très bien desservie à la fois par le TGV et par les trains classiques. De plus, hors saison, elle est débarrassée de ses touristes, nous en avons donc profité pour venir au dernier moment !


Même si Avignon est touristique en soi, avec ses remparts et le palais des Papes, la ville constitue pas moins qu’un excellent hub pour un road-trip dans l’arrière pays provençal. Si nous sommes restés uniquement un WE, vous pouvez très bien imbriquer la visite d’Avignon au sein d’un voyage plus long, avec notamment les vignes des côtes du Rhône, Orange, le Pont du Gard non loin, le mont Ventoux, le Lubéron et que sais-je encore ? Ah si Lyon, dont un des derniers articles fait la part belle.

Pour resituer le contexte, je rappelle tout de même que nous sommes hors saison et que nous n’avons eu aucun mal à dénicher un logement intra muros quelques jours avant notre venue. Avignon dispose de deux gares connectées entres elles. D’une part, Avignon Ville est desservie par les trains classiques, notamment l’axe Marseille – Lyon. Dans l’autre gare Avignon TGV les trains viennent directement de Paris, Montpellier ou même d’Espagne. Bref, tout cela pour dire qu’Avignon est une ville très accessible en train et ce régulièrement. Aucune excuse pour déroger au train, d’autant que se garer en ville est un épineux problème pour l’avoir déjà tenté par le passé.

place_du_palais
toits_vieille_ville

En ce dimanche matin, nous oublions qu’être matinal ne se fait pas sans décalage: il n’est que 9 heures et nous avons pourtant mangé tranquillement le petit déjeuner à l’hôtel. Le soleil hivernal plonge dans l’obscurité les rues désertes, les seules personnes présentes s’affairent à de rapides courses, notamment chez le boulanger du coin. Au fil de nos errances dans les rues du vieux Avignon, nous finissons par être au pied du Rocher des Doms, et des escaliers nous mènent sur le parc public surplombant le palais des Papes.

Palais des Papes

Si le palais vieux de Benoît XII est la construction originale, le palais neuf de Clément VI est venu étendre cet édifice majeur gothique, pour mieux satisfaire les exigences de ce dernier. Nombreux sont les papes à avoir siégé à Avignon, souvent pour de courtes périodes et différents sièges du palais ont eu raison du pontificat.

Par la suite, de nombreuses occupations diverses et variées ont contribué à entretenir le palais, dont notamment la visite du Roi Soleil. Au XIXème siècle, le palais s’est vu utilisé comme une caserne, rompant alors avec son histoire religieuse. Sa restauration s’est faite par plusieurs long paliers depuis les premiers travaux en 1881 jusqu’en 2005.

palais_des_papes_soir

De par sa portée historique, le palais des Papes est classé monument historique dès 1840 et depuis 1995 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Près de 650 000 personnes visitent le palais par an, faisant Avignon une ville touristique majeure en France. D’où ce décalage avec notre tranquille week-end. Des expositions ont lieu et la cour d’honneur fait office de théâtre durant le fameux festival d’Avignon.

Je ressors marqué de cette visite bien organisée, par le nombre de détails fournis, par son histoire prégnante et par l’entretien donné à l’édifice. La chose qui m’a le plus frappé est la tentative de reconstruction numérique qui est proposée au travers de lunettes. Si de nos jours, la plupart des pièces sont restaurées, elles ont par exemple une charpente récente et des murs entretenus, il ne reste pourtant que très peu des ornements du palais construit en plusieurs phases et démarré au cours des années 1300.

palais_des_papes_tour

Seules quelques pièces laissées en l’état laissent voir quelques traces originelles de charpente et de peinture ornementales. Facile d’imaginer alors la portée du palais des Papes à l’époque, d’autant que sa position dominante depuis le rocher des Doms en faisait une place forte, mais malheureusement visible et attaquée. Lors de la visite, il est également proposé une petite excursion dans le jardin qui jouxte le palais.

Jardin du palais des Papes

jardin_palais_des_papes

Très récemment remis au goût du jour sur la base des anciens jardins pontificaux sur 3 hectares, le jardin se compose en 3 parties: Jardin du Pape, jardin du Palais et le Verger Urbain V. Les neufs papes ont contribué à entretenir ces jardins fort bien protégés du mistral qui ont été depuis longtemps abandonnés avant que des fouilles archéologique ne les restaurent.

De nos jours, le jardin héberge nombre espèces, parmi ceux là: du citronnier, de la vigne, des aromatiques et quelques légumes. La visite permet de couper la poire en deux et de s’oxygéner le temps d’une courte pause. Pour plus de verdure, vous pouvez éventuellement vous rendre au jardin public du rocher des Doms, vous procurant une vue sur la vieille ville à l’intérieur des remparts, le Rhône

et … le fameux pont d’Avignon.

Pont d’Avignon

Le pont Saint-Bénézet de son vrai nom avait pour but de relier Villeneuve-les-Avignon dans le Gard à Avignon, dans le Vaucluse donc. Construit dès 1177, il fut pendant longtemps le seul point de franchissement du Rhône depuis Lyon. Lorsqu’il était fonctionnel, le pont ne permettait pas aux charrettes de se croiser mais par contre était une excellente barrière de péage entre le Pontificat et l’état français.

Pourquoi est-ce qu’il ne remplit plus sa fonction originale ?

En raison des nombreuses crues du Rhône et des guerres, à force de reconstructions non pérennes, c’est en 1669 que le pont est laissé tel qu’il est de nos jours. Ce n’est qu’en 2020 qu’il fut rouvert au grand public pour une petite promenade en cul de sac, non sans oublier la visite des chapelles Saint Nicolas et Saint-Bénezet. Sur le chemin retour du pont, la cathédrale Notre Dame des Doms s’impose aux regards.

Logiquement, elle constitue la prochaine visite.

pont_avignon

Cathédrale Notre Dame des Doms

cathedrale_notre_dame_des_doms
La cathédrale jouxte le palais des Papes, au point de se demander si elle ne faisait pas partie intégrante du palais des Papes. En réalité, l’ensemble du rocher des Doms contient quatre sites différents: la cathédrale, le palais, le musée du Petit Palais et le jardin public du rocher des Doms.

Elle est aussi classée sur la liste des monuments historiques et au patrimoine mondial de l’UNESCO. Sa construction remonte au XIIème siècle et la pierre blanche typiquement local trahit son style roman provençal. L’intérieur est relativement sobre mais les détails, que je ne saurai apprécier, lui donnent un statut de chef d’œuvre majeur.

Le petit plaisir supplémentaire lors d’une visite en fin d’après-midi hivernal est de pouvoir assister au coucher du soleil. Le fort saint André de Villeneuve-les-Avignon lui fait face et on peut même apercevoir les contreforts des Alpilles. Ce n’est pas pour rien si nombre de touristes mélangés aux locaux sont venus profiter des dernières lueurs du soleil.

Les musées d’Avignon

Décidément, si j’en juge le nombre impressionnant de musées jonchant Avignon, cela fait d’elle non seulement une ville historique mais aussi culturelle. Bien entendu impossible de passer à côté du festival d’Avignon, grand et massif rassemblement de théâtre et de spectacles rues. Mais les musées combleront largement vos journées de visite, sachant que plusieurs d’entre eux sont gratuits: le musée Calvet, Muséum Requien, Musée Lapidaire, Musée du Petit Palais et le Palais du Roure, offrant des collections allant de l’archéologie à la culture provençale aux beaux arts. D’autres musées complètent l’offre pléthorique: Collection Lambert, Musée Angladon, Musée Louis Vouland et Maison Jean Vilar.

J’ai personnellement visité le musée du Petit Palais, le seul ouvert lors de notre passage. Il nous transporte à l’époque de la Renaissance au gré, entre autre, des sculptures et peintures italiennes et provençales, sans oublier une partie consacrée à l’époque médiévale.

musée_petit_palais

Balade dans la vieille ville et les remparts

rocher_des_doms
centre_avignon

Se rendre à Avignon sans déambuler dans les rues du centre-ville à l’intérieur des remparts serait injuste. Sans considérer le centre historique comme d’une grande beauté, je dois m’incliner devant l’harmonie architecturale des bâtiments et des rues aux larges pavés, sans fausse note. Malgré un Mistral présent, obligeant à sortir les bonnets malgré des températures clémentes, toutes les excuses sont bonnes pour prendre un verre en terrasse en témoigne la place de l’Horloge. Faites un détour dans la cour intérieure du palais du Roure, sans obligation de visiter le musée. Quant aux remparts, longez les des deux côtés, surtout au soleil couchant pour vous donner l’ambiance. Enfin prenez de la hauteur au jardin du rocher des Doms ! Laissez-vous aller aux restaurants pour tous les goûts, on retient de notre côté Alice et ses merveilles, léger et raffiné au possible.

centre_avignon_soir
rempart_avignon